• 22 décembre : Provisoire qui dure – Franchement, je ne vais pas m'égarer sur ce chemin, parce que du provisoire qui dure il faut reconnaître qu'il y en a beaucoup trop et je ne vais pas plomber cette période de fêtes, mais bon juste à titre d'exemple : la CSG, la RDS, les Restos du cœur, le cumul des mandats, mais je suis de la plus parfaite mauvaise fois s'pas ?

    23 décembre : Petite violence – Rester raisonnable face à cette délicieuse plaque de chocolat "Irish coffee", le réveillon arrive et une bûche au chocolat, glacée au chocolat est en préparation. Alors il faut bien se faire violence pour éviter la surenchère, encore que ????

    24 décembre : Quelque chose de triangulaire – Les douces oreilles de ma minette, ce qui me permet de mettre quelques photos de ma bleutée (mot valise pour beauté bleue) et de mon petit-fils poilu, le charmant (mais maladroit) Clumsy (pas de très bonne qualité, mais il est trop drôle).

    366 réels - 107 du 22 au 25 décembre366 réels - 107 du 22 au 25 décembre

    366 réels - 107 du 22 au 25 décembre366 réels - 107 du 22 au 25 décembre

    25 décembre : Ce qui brille – Cette nuit de réveillon était aussi celle de la lune froide, elle devait briller au-dessus des nuages, je ne l'ai pas vue, tant pis je note dans mon agenda la date de son prochain passage, soit le 25 décembre 2034.

     


    10 commentaires
  • 17 décembre : Un pli – Ca ne fait pas un pli que je suis encore grave en retard dans les 366 !

    18 décembre : J'ai laissé tomber - Absolument pas, en retard peut-être, mais hors de question que j'abandonne maintenant ces fichus 366 qui m'ont occupée toute l'année.

    19 décembre : Le sens de l'adaptation - Je m'adapte donc tant bien que mal pour terminer cette année de 366 à l'arrache comme disent les djeunes.

    20 décembre : Collection de regards - Ca facile, j'adorais cette bande annonce pour les films sur la 3. Certains regards étaient faciles à reconnaître, pour d'autres c'était une autre paire de manches.

     Quelques autres yeux de stars, bon enfin au moins une, l'autre est un peu à l'ouest !

    366 (ir)réels - 106 du 17 au

    366 (ir)réels - 106 du 17 au

     21 décembre :  Il paraît que - L'année se termine bientôt ! Ben mince alors elle est passée où exactement, parce que très franchement j'ai l'impression que Noël c'était, eh ben hier en fait !!!

     


    4 commentaires
  • 15 décembre : Il faudrait crier – Cœur de Pirate – Crier tout bas. Maintenant si vous préférez vous pouvez aussi crier "Aline" pour qu'elle revienne.

    16 décembre : Tissus – A méditer : "Nous sommes de la même étoffe que les songes, et notre vie infime est cernée de brouillard… Nous sommes de l'étoffe dont les rêves sont faits, notre petite vie est cerclée d'un sommeil." Ce n'est pas moi qui le dis, c'est Shakespeare dans la Tempête. Ca peut aussi se traduire par "Nous sommes de l'étoffe dont sont tissés nos rêves, peut-être ne vivons nous pas vraiment hors du rêve". Et pour aller plus loin dans ce mélange de rêve et de tissu, cette parabole chinoise qui, quelque part, fiche un brin la frousse : "Zhuangzi rêva une fois qu'il était un papillon, un papillon qui voletait et voltigeait alentour, heureux de lui-même et faisant ce qui lui plaisait. Il ne savait pas qu'il était Zhuangzi. Soudain, il se réveilla, et il se tenait là, un Zhuangzi indiscutable et massif. Mais il ne savait pas s'il était Zhuangzi qui avait rêvé qu'il était un papillon, ou un papillon qui rêvait qu'il était Zhuangzi. " et puis aussi cette citation là, franchement terrifiante, encore que ! "La vie et le monde sont le songe d'un dieu ivre qui s'échappe furtivement du banquet divin et s'en va dormir sur une étoile solitaire ignorant qu'il crée ce qu'il songe. Mais un jour le dieu se réveillera en frottant ses yeux bouffis, il sourira et notre monde s'enfoncera dans le néant sans avoir jamais existé".


    6 commentaires
  • 13 décembre : Irréel – Rêve intéressant cette nuit. J'étais devant la façade ma maison couverte de lierre (je n'aime pas le lierre qui étouffe les arbres), j'attrapais une des tiges de ce truc et je tirais. Comme un tricot qu'on détricote l'intégralité du lierre a cédé et en tout dernier lieu, c'est le drapeau français qui est tombé. Oups, que faut-il en déduire ? Irréel ou pas, prémonitoire ou pas ? (Je tiens quand même à préciser que tous les partis et leurs responsables politiques me sortent pas les yeux, ce qui ne m'empêche pas de me déplacer pour voter, alors merci, pas de jugements hâtifs). 

    14 décembre : Gens sans importance – Tiré de la bibliothèque dont je m'occupe ces textes sur "des gens sans importance" d'Aristide Bruant et Francisque Poulbot (illustrateur) : Dans la rue. Troisième volume. Chansons & monologues (1900)

    Chansonnier, à l'écharpe rouge et la langue verte, Aristide Bruant nous a laissé tout un répertoire de chansons réalistes (Nini peau de chien, à la Bastille, Rue Saint-Vincent). Mais s'il a côtoyé un certain Chat noir, il a aussi laissé de charmants poèmes sur les chiens.

    Avant de donner son nom à de sympathiques et souriants titis parisiens, Poulbot a dessiné avec une certaine tendresse mais sans compromission la réalité de la vie dans les rues de Paris pour les plus pauvres.

    Voici le fruit de leur collaboration.

    366 réels - 104 du 13 et 14 décembre366 réels - 104 du 13 et 14 décembre

    366 réels - 104 du 13 et 14 décembre


    2 commentaires
  • 9 décembre : J'écris en CAPITALES un projet minuscule – CECI EST UN PROJET MINUSCULE !!! Quoi j'ai triché ? Non "Projet minuscule" est bien écrit en majuscules !

    10 décembre : De l'eau – Alleau ! Qui demandez-vous ? La Petite Sirène ! Désolé, il y a de la friture sur la ligne.

    Alleau ! Qui demandez-vous ? Monsieur de Mac-Mahon ! Impossible de vous le passer, il est dans l'eau jusqu'aux moustaches.

    Alleau ! Qui demandez-vous ? Noé ! Navré, il est occupé à écoper.

    11 décembre : Reproches – La police a été obligée d'intervenir auprès d'un homme qui pris d'une crise de dédoublement de la personnalité s'adressait des reproches véhéments et en était venu aux mains entre lui et lui. Il a été très difficile de le séparer de lui-même.

    12 décembre : Est un conte de fées – Veille d'élections. Pour tous les partis politiques, un seul mot d'ordre "Votez pour moi et après-demain, la vie sera digne d'un conte de fées".


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique