• 23 novembre : Séduction de –  Très fatigants nos hommes (et femmes) politiques lorsqu'ils décident de se transformer en arme de séduction massive à l'approche des échéances électorales. Franchement, qui croient-ils berner ?

    24 novembre : J'étais un animal quand – Monsieur Hippoly Morphe a demandé à sa mère d'arrêter de lui dire qu'il était son canard en sucre, son poussin d'amour, son chaton velu, son cochonnet, sa puce, son têtard, sa grenouille et autres. En effet, par une curieuse mutation génétique ce monsieur nous a indiqué qu'il devenait physiquement l'animal cité et dans certains cas ce peut être très gênant, imaginez-vous rose avec la queue en tire-bouchon, voire dangereux en cas de transformation en puce.

    25 novembre : Tête pleine de – Une intéressante expérience scientifique vient de démontrer qu'une tête pleine de rêves pesait beaucoup moins lourd qu'une tête pleine de soucis. Cela peut surtout se remarquer dans la posture du cobaye, celui avec la tête pleine de rêves se tient bien droit, celui avec la tête pleine de soucis avance courbé.

    26 novembre : Une bonne chose de faite – Ca c'est du réel, le couronnement de 4 années de travail de catalogage, je viens d'enregistrer le dernier livre de la bibliothèque dont je m'occupe. Rhâââ, trop contente, en avant pour de nouveaux défis. Et en plus je suis à jour avec les 366.


    6 commentaires
  • 19 novembre : Une lumière – On dit de certains qu'ils ne sont pas des lumières, qu'il n'y a pas la lumière à tous les étages, mais en même temps c'est normal s'ils ont été bercés trop près du mur, le filament électrique en a pris un coup.

    20 novembre : Manger, boire, fumer, respirer, consommer – Avec la soupe c'est du tout en un : une soupe peut être un consommé (quoi je triche ?), elle fume, on peut à la fois la boire et la manger s'il y a des pâtes alphabet dedans. Bref un produit complet.

    21 novembre : Une chance – A manipuler avec beaucoup de précaution ce mot. Il y a celle de cocu, la dernière aussi. Mais la tournure qui me gêne le plus c'est lorsqu'on dit par exemple "il a toutes les chances d'y rester ou de manquer son coup", franchement le mot risque ne serait-il pas plus adéquat ? Bizarre la langue française parfois.

    22 novembre : Il suffirait de trois fois rien pour que – J'ai juste un peu réajusté la consigne avec la très jolie chanson de Serge Reggiani "il suffirait de presque rien"


    6 commentaires
  • 15 novembre : Dans le reste principal il y a – Ben là franchement, moi y a pas comprendre l'énoncé du problème, ça ressemble trop à des maths alors je laisse tomber le reste, principal ou pas.

    16 novembre : Comme un fil d'Ariane – Les hommages qui s'enchaînent de lieux en lieux, de pays en pays. Mais combien de temps ce fil va-t-il tenir avant de se rompre une fois de plus ?

    17 novembre : Des bas et des hauts – Article relevé dans le Paris-Normandie. En voilà un qui est tombé de haut et qui va avoir d'ici peu le moral au plus bas.

     

    366 (ir)réels - 95 du 15 au 18 novembre

    18 novembre : C'est parfois si simple – De faire d'une pierre deux coups. Le petit texte que j'ai rédigé lors de l'atelier d'écriture auquel je participe avec des amis va se transformer en mini conte pour les Plumes d'Asphodèle de samedi, elle n'est pas simple la vie parfois ?


    6 commentaires
  • 7 novembre : J'ai l'habitude - De procrastiner ??? En tout cas très manifestement d'être toujours à la bourre avec ces 366.

    8 novembre : Ca a l'air vieux mais – Ca l'est vraiment vu que je pédale toujours pour rattraper le fil des 366, comment ai-je fait pour prendre autant de retard ?

    9 novembre : Homme(s) et femme(s) – Fainéante assumée je remets cette très jolie photo (enfin je trouve, je me dois d'être modeste puisque c'est moi qui l'ai prise) d'un couple d'anciens.   

    366 (ir)réels - 94 du 7 au 14 novembre

    10 novembre : Une personne insignifiante. Vraiment ? – Personne n'est insignifiant je pense, certains comme les hommes politiques sont simplement inutiles, voire dangereux !

    11 novembre : Pierre à pierre – De guerre en guerre, les monuments aux morts gagnent pierre sur pierre.

    12 novembre : Derrière une porte – Les portes sont comme les noix, tant qu'elles sont fermées on peut tout imaginer trouver derrière, il ne faut simplement pas les ouvrir pour continuer à rêver.

    13 novembre : Pas de place pour – L'indifférence en ce jour noir.

    14 novembre : Un engagement – Ne pas vivre à genoux, faire face.


    votre commentaire
  • 2 novembre : Pourquoi c'est compliqué – Une seule réponse, c'est compliqué parce que ce n'est pas simple (je sais c'est facile !)

    3 novembre : En bois – On nous signale qu'un magasin de loisirs créatifs a pris feu. En cause un mannequin articulé de dessin qui s'est enflammé pour une poupée de polystyrène.

    4 novembre : Ca ne se passera pas comme ça – Avancer jusqu'au 5 novembre.

    5 novembre : Dans l'actualité – Des mauvaises nouvelles et encore des mauvaises nouvelles. A croire que les journalistes veulent nous mettre le moral dans les chaussettes. Du coup pour vous le remonter le moral, je déclare que ça ne se passera pas comme ça et je vous offre le 6 novembre.

    6 novembre : Une fleur –

    366 irréels - 94 du 2 au 6 novembre

     


    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique