• Je continue à m'amuser avec les prénoms de Bigornette. Aujourd'hui je vous présente Casimir. Il faut que je trouve un nom à mon petit village, si vous avez des idées. Bigorbourg, Prénomville, allez des idées !!!

    Belle Aggie, la petite sorcière noire aux yeux verts et Paterne, l'angélique minet blanc aux yeux bleus, en ont assez ! Casimir, le monstre orange, n'arrête pas de les traquer dès qu'ils ont le malheur de risquer une patte en dehors du jardin du presbytère, ce n'est plus supportable, il faut lui montrer qui sont les patrons non mais !

    Qui est Casimir, eh bien on pourrait dire que c'est un chien, mais alors un chien d'une race très très indéfinie, un corps plutôt rond, une tête ovale, presque pas d'oreille et des yeux globuleux, un aboiement qui ressemble à une toux, une queue tortillée comme celle d'un cochon et un pelage orange, il n'y a pas d'autre terme qui puisse s'appliquer à cette couleur bizarre, en plus il est vraiment très laxiste sur l'hygiène ce qui déplait souverainement à nos chats raffinés, bon l'avantage c'est qu'ils le sentent arriver de loin. Le maître de Casimir ? Nous en parlerons une autre fois.

    Pour le moment, les chats de presbytère sont réunis en symposium pour décider de la meilleure façon d'empêcher Casimir de continuer à les enquiquiner.

    Après ce brain storming, la gent féline décide de tendre un piège à Casimir, il va voir de quel bois ils se chauffent ce gros pataud !

    Belle Aggie s'installe sur le montant du portail du jardin, laissant traîner une patte avec langueur et la queue juste hors de portée des sauts de l'ennemi qui s'égosille à qui mieux mieux.

    Pendant ce temps, Paterne se glisse hors du jardin par un chemin détourné puis à son tour il se met bien en vue, mais toujours, avec ce sens de la géométrie qui caractérise les chats (mais si celui qui leur fait deviner où le milieu exact du lit), juste à la limite des sauts indignés de Casimir qui décidément ressemble à une grosse grenouille, orange d'accord, mais grenouille quand même.

    Belle Aggie à son tour en profite pour descendre dignement de son poteau et se diriger en catimi vers un autre point stratégique du trajet défini par nos deux stratèges poilus. Et elle se fait ensuite remarquer par un miaou discret et de bon aloi.

    Nouvelle ruée de Casimir qui n'a pas encore compris que les chats le faisait tourner en bourrique.

    Et de saut en saut, voilà notre trio qui arrive devant une grange que son propriétaire a décidé de repeindre d'un jaune, comme dire ? D'un jaune vif, voilà et même très vif pour tout dire. Il y a là une échelle et une multitude de pots de peinture plus où moins bien fermés.

    Ah vous commencez à comprendre.

    Voilà donc notre trio d'enfer qui déboule sur le chantier, nos chats grimpent à l'échelle et voilà Casimir, fou de rage qui leur emboîte le pas, seulement il est beaucoup moins agile que nos petits amis poilus et voilà l'échelle qui commence à prendre du gîte et qui tout doucement, mais sûrement bascule sur le côté. Mais tandis que nos deux félins s'envolent comme deux anges, le pauvre Casimir roule au milieu des pots de peinture comme une grosse boule de bowling et STRIKE la peinture s'envole en un élégant geyser pour retomber en pluie sur le pauvre Casimir.

    Après avoir bien ri, les deux complices s'approchent de leur ennemi et l'aide à se remettre sur pattes. Tout contrit et tout étonné de ce geste d'amitié, Casimir promet de les laisser tranquilles, bon quant à dire qu'ils vont devenir les meilleurs amis du monde, il y a un pas que nous ne franchirons peut-être pas encore.

    Et tandis que l'ami Casimir qui se retrouve parsemé de grosses taches jaunes et rondes du plus bel effet rentre penaud à la maison, le duo félin très satisfait de lui-même retourne patte dessus, patte dessous, la queue en forme de point d'interrogation satisfait, vers le presbytère où les attendent le repas succulent de Pélagie et les caresses du Père Paterne. En un mot la vie est belle !


    16 commentaires
  • Merci à Bigornette de m'avoir laissé un message suggérant que Pélagie ferait un prénom de bonne du curé parfait.

    Il est temps de vous présenter Pélagie, dite Pélagie La Trompette, bonne du Père Paterne dont vous avez fait connaissance la semaine dernière. D'abord quelques précisions concernant cette brave Pélagie.

    Où avait-elle été pêcher ce prénom peu ordinaire. En fait c'était la faute de son papa qui aimait trop le contes dans son enfance. Bon je m'explique. Il aimait tout particulièrement une histoire dans laquelle le héros trouvait une pelle magique qui faisait tout ce qu'on lui disait simplement en criant "Pelle agis". Bref, le jour où sa première fille naquit le brave homme complètement dépassé par les évènements se retrouva un peu secoué devant l'officier d'état civil qui lui demandait le nom du bébé. Dans la panique, la seule chose qui lui revint à l'esprit fut ce conte et il se mit à brailler dans la mairie "Pelle agis, pelle agis", l'officier d'état civil qui avait déjà eu son content de pères hystériques compris Pélagie. Inutile de dire que la maman fut un brin furieuse dans la mesure où le prénom choisi était le très simple Marie. Mais bon, il fallut faire avec.

    Ensuite pourquoi ce sobriquet de La Trompette. Histoire toute simple également. Dans ses jeunes années Pélagie et sa famille se retrouvèrent à vivre près d'un camp militaire qui tous les matins sonnait la Diane pour le réveil des troupes. Cette sonnerie berça les jeunes années de Pélagie qui se promit d'apprendre à jouer du clairon. Hélas, ses parents y opposèrent un véto ferme et définitif, mais l'envie persista.

    Pélagie entra ensuite en apprentissage de "bonne du curé" fonction transmise de mère en fille. Pour cela elle alla apprendre auprès des diverses bonnes du curé amies de sa mère et le jour où sa maman décida de prendre sa retraite, c'est bien sûr Pélagie qui lui succéda. Pardon ? Non les curés n'avaient pas leur mot à dire. Bref, enfin indépendante Pélagie fit les brocantes et dénicha enfin l'objet de ses rêves : un clairon. Manifestement la Diane était restée fermement inscrite dans sa mémoire car elle fut capable dès le premier jour de la faire retentir dès 6 heures du matin, ce qui faillit causer un infarctus au brave curé de l'époque qui ne s'attendait pas à un réveil aussi tonitruant. Il essaya bien de convaincre Pélagie de cesser de le réveiller avec autant d'entrain, mais elle campa sur ses positions, même les demandes des voisins restèrent lettres mortes. En désespoir de cause, tous finirent pas s'habituer à ce réveil en fanfare et cessèrent d'acheter des réveils (au grand dam du bijoutier du coin) et puis après tout à la campagne, 6 heures du matin est une heure tout à fait raisonnable. Ne sachant pas trop distinguer une trompette d'un clairon, les voisins optèrent donc pour le très chic surnom de Pélagie la Trompette qui sonnait mieux que Pélagie le Clairon.

    Au fil du temps Pélagie usa quand même quelques curés qui avaient un peu de difficultés à se faire à ses manières de sergent major, jusqu'au jour où le Père Paterne débarqua. Ce fut tout de suite le coup de foudre amical entre eux. Le Père Paterne se laissa chouchouter et tyranniser et Pélagie la Trompette put le materner comme le fils qu'elle n'avait pas eu. Bref tout le monde y trouva son compte.

    Ah j'allais oublier, Pélagie était l'heureuse propriété d'une charmante chatte prénommée Belle Aggie qui de son côté se faisait un plaisir de s'occuper du chat Paterne. Son jeu de prédilection étant de lui sauter dessus et de lui faire sa toilette comme à un chaton. Paterne le chat, comme Paterne le curé prit la chose avec philosophie et profita de la vie.



    34 commentaires
  • Bigornette lance un nouveau jeu pour le mercredi. Il s'agit pour sa communauté de la Récréa-Bigornette de plancher de n'importe quelle façon, sur un prénom. Pour le rodage elle nous propose Paterne.

    Patelin, le Père Paterne observe ses ouailles. Bien dodues elles sont, après son sermon, prêtes à trousser et à détrousser. Tout à l'heure, il les recevra les unes après les autres dans son confessionnal. Il écoutera, paternel les péchés qui lui seront confessés, puis il renverra tous ces braves gens avec quelques pater et quelques avé Maria à réciter, tout en leur glissant à l'oreille que, décidément le toit de l'église aurait bien besoin de quelques réparations, cette église qui les réunit comme une poule ses poussins et qui leur permet de repartir avec une conscience toute blanche, bien lessivée. Ne vaut-elle pas un petit coup de pouce de leur part ? Que ne faut-il pas faire quand les corbeilles de la quête reviennent toutes efflanquées ? Le Père Paterne ne se sent pas le moins du monde embarrassé de jouer sur le sentiment de culpabilité de ses paroissiens leur bien-être n'a pas de prix n'est-ce pas ? Et d'un pas tranquille, le Père Paterne retournera, après son office, au presbytère, retrouver son chat qui par un heureux hasard s'appelle lui aussi Paterne et qui débonnaire surveille ses propres ouailles dodues à plumer et à déplumer mais pour des motifs bien moins altruistes que son aimable homonyme même si lui aussi apprécie de temps à autre un pigeon aux petits pois.

     


    12 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique